écoutez

 

Partager "Bandeau droite" sur facebookPartager "Bandeau droite" sur twitterLien permanent

écoutez

 

 

Suivez nous sur ...

https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQU_9eftmpX66ho9tL_MqLx_6L1UVoDo4nJw86sZbIEfyNMniQ61g

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager "reseaux sociaux" sur facebookPartager "reseaux sociaux" sur twitterLien permanent

Résultat de la recherche

 
S'abonner à cette recherche dans une nouvelle fenêtre
Il y a 5 résultats dans la serie :
A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU
(0.09 secondes)
page 1

Documents

Type de document: livres
livres
Afficher "A la recherche du temps perdu<br /> Albertine disparue"
Voir tous les tomes d'A la recherche du temps perdu
Auteur(s)
Marcel Proust
Editeur(s)
Gallimard
Année
1972
Résumé
Qu'en dire qui n'ait déjà été dit mille fois ? Les centaines de personnages, la mémoire, les sensations, la cavalcade des souvenirs, la jalousie, les vices d'une société fastueuse, Gilberte, Charlus, Albertine, la sonate de Vinteuil, Balbec... Bref, ça finira par faire partie de votre propre vie. La première phrase : "Longtemps, je me suis couché de bonne heure.".
Type de document: livres
livres
Voir tous les tomes d'A la recherche du temps perdu
Auteur(s)
Marcel Proust
Editeur(s)
Gallimard
Année
1977
Résumé
Qu'en dire qui n'ait déjà été dit mille fois ? Les centaines de personnages, la mémoire, les sensations, la cavalcade des souvenirs, la jalousie, les vices d'une société fastueuse, Gilberte, Charlus, Albertine, la sonate de Vinteuil, Balbec... Bref, ça finira par faire partie de votre propre vie. La première phrase : "Longtemps, je me suis couché de bonne heure.".
Type de document: livres
livres
Afficher "A la recherche du temps perdu<br /> Sodome et Gomorrhe"
Voir tous les tomes d'A la recherche du temps perdu
Auteur(s)
Marcel Proust
Editeur(s)
Gallimard
Année
1975
Résumé
Qu'en dire qui n'ait déjà été dit mille fois ? Les centaines de personnages, la mémoire, les sensations, la cavalcade des souvenirs, la jalousie, les vices d'une société fastueuse, Gilberte, Charlus, Albertine, la sonate de Vinteuil, Balbec... Bref, ça finira par faire partie de votre propre vie. La première phrase : "Longtemps, je me suis couché de bonne heure.".
Type de document: livres
livres
Afficher "À la recherche du temps perdu . n° 3<br /> Le Côté de Guermantes"
Voir tous les tomes de À la recherche du temps perdu .
Auteur(s)
Marcel Proust (Auteur)Thierry Laget (Editeur scientifique)Brian G. Rogers (Editeur scientifique)
Editeur(s)
Gallimard
Année
1988
Résumé
- Monsieur, je vous jure que je n'ai rien dit qui pût vous offenser. - Et qui vous dit que je suis offensé, s'écria M. de Charlus avec fureur en se redressant violemment sur la chaise longue où il était resté jusque-là immobile, cependant que, tandis que se crispaient les blêmes serpents écumeux de sa face, sa voix devenait tour à tour aiguë et grave comme une tempête assourdissante et déchaînée... Pensez-vous qu'il soit à votre portée de m'offenser ? Vous ne savez donc pas à qui vous parlez ? Croyez-vous que la salive envenimée de cinq cents petits bonshommes de vos amis, juchés les uns sur les autres, arriverait à baver seulement jusqu'à mes augustes orteils ?.
Type de document: livres
livres
Afficher "À la recherche du temps perdu. n° 1<br /> Du côté de chez Swann"
Voir tous les tomes de À la recherche du temps perdu.
Auteur(s)
Marcel Proust (Auteur)
Editeur(s)
Le livre de poche
Année
1992
Résumé
Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté... Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.